Le blog FSU des personnels de la Région Nouvelle-Aquitaine et Agences
Vous êtes ici : Accueil » Actus en Nouvelle-Aquitaine » Rentrée de janvier dans les lycées : Compte-rendu de la rencontre avec le Vice (...)

Rentrée de janvier dans les lycées : Compte-rendu de la rencontre avec le Vice Président chargé des lycées

D 10 janvier 2022     H 18:29     A FSU     C 0 messages


agrandir

La FSU régionale a adressé le 7 janvier 2022 une lettre à Alain Rousset, concernant les conditions sanitaires pour les personnels et pour les usagers

Monsieur le Président de région,

La FSU Nouvelle Aquitaine a plusieurs fois participé aux échanges que vous avez bien voulu organiser sur l’évolution de la crise sanitaire et ses impacts dans les lycées.

Alors qu’une nouvelle vague sévit dans notre pays nous regrettons que l’ensemble des équipements et solutions qui pourraient aujourd’hui équiper nos classes ne soient pas mobilisés pour réduire au maximum la propagation du virus et assurer la protection des personnels et des élèves.

Ainsi, il nous semble urgent que la région dote bien plus largement tous les établissements de détecteurs de C02. Étant donné les retours que nous avons eus, il parait aussi essentiel que ces dotations soient accompagnées d’un temps d’information. Les résultats obtenus doivent permettre en toute transparence d’ouvrir la discussion avec les équipes sur la mise en place de purificateurs d’air lorsque les conditions le nécessitent. Sur le même sujet, nous souhaiterions que vous rappeliez votre doctrine sur le renouvellement de l’air dans les locaux en cette période hivernale. Il nous a également été signalé que dans certains établissements des ouvrants sont défectueux, ne permettant pas l’aération convenable des salles de classe. Ces réparations doivent être une priorité au regard des recommandations ministérielles.
Enfin les enseignements liés à cette crise doivent être pris en compte dans les décisions structurelles sur le long terme. Ainsi, nous souhaiterions connaître l’analyse de vos services sur ce sujet.

Par ailleurs, les recrutements d’agent.es techniques sont nécessaires. Ceux-ci et celles-ci étaient déjà fortement mobilisé.es avant l’arrivée du variant omicron. Il est inenvisageable que la charge de travail supplémentaire soit supportée par le personnel en place. De plus, le remplacement systématique des agents absents nous paraît indispensable.

Comme pour tous les agent.es en contact avec les usager.es, il nous parait particulièrement important de permettre l’application des mesures de protection des personnels parmi lesquelles la fourniture de masques chirurgicaux - voire FFP2 pour les agent.es qui le souhaitent- et d’autotests par l’employeur.

Nous vous remercions de l’attention que vous voudrez bien porter à ces questions, et des réponses que vous voudrez bien y apporter.

Dans ce contexte d’enjeux forts, nous vous présentons nos meilleurs vœux de réussites collectives et de progrès social pour l’année à venir. Nous espérons qu’elle sera propice à un renouveau enthousiaste, respectueux de l’environnement, humaniste et juste, solidaire et émancipateur au profit du plus grand nombre, des plus fragiles et des générations futures.

Lise COURCIER, Flavien THOMAS
Co-secrétaires de la FSU Nouvelle Aquitaine

En réponse à ce courrier, la FSU a été reçue le 12 janvier à 17h par le Vice-Président chargé des lycées, Jean Louis Membrini, voici le compte-rendu de cette rencontre

Nous avons rappelé qu’alors qu’une nouvelle vague sévit dans notre pays, qu’il était urgent que l’ensemble des équipements et solutions soient mobilisés pour réduire au maximum la propagation du virus.
La qualité de l’air
En plus de permettre l’application des protocoles ( nettoyage, restauration etc.), la qualité de l’air et son renouvellement concernent directement les compétences de la région. Ainsi nous avons soutenu que la région dote bien plus largement tous les établissements de détecteurs de C02 afin que les équipes éducatives puissent vérifier que chaque salle soit aérée correctement. Nous avons demandé que cette dotation soit accompagnée d’explications nécessaires pour leur utilisation. Les résultats et les remontés des établissements doivent amener à réaliser les travaux urgents qui permettent cette aération (ouverture des huisserie, adaptation du système d’aération) et qu’à défaut des purificateurs d’air viennent compenser ces manques. Les détecteurs permettraient aussi d’objectiver l’ouverture des fenêtres alors que nous sommes en hiver et que le prix des fluides explose ponctionnant d’autant le budget de fonctionnement de nos établissements au détriment de nos budgets pédagogiques
Réponse de la région
Sur ce point, la région a rappelé la mise à disposition de détecteurs de CO 2 dès le mois de septembre pour les lycées qui le demandaient, mais a évoqué le coût que l’achat de ces détecteurs pour l’ensemble des salles des lycées représenteraient (20000 salles). Elle a ajouté que celui-ci viendrait s’ajouter au coût des purificateurs d’air nécessaires, alors que le budget, notamment de fonctionnement, de la région est limité. Cependant, elle nous a assuré que les demandes de travaux urgents pour l’aération étaient prises en compte et qu’elle allait évaluer la possibilité de mieux doter les établissements en ajoutant que ceux-ci pouvait aussi s’équiper sur leur fond propre.
La position de la FSU
Pour la FSU, la compétence sur les lycées de la région doit être une priorité, les arbitrages budgétaires doivent permettre de répondre d’une part à l’urgence de la situation et sur le moyen terme et le long terme à l’adaptation structurelle de nos établissements. Les bâtiments et leur équipement doivent permettre un accueil sécurisé et humains, de nos élèves et des personnels. Tout particulièrement un accompagnement par lycée sur le sujet de l’aération devrait être prévu afin d’évaluer leurs besoins. Le plan pluriannuel d’investissement doit tenir compte de ces nouveaux enjeux. Un effort supplémentaire pour l’adaptation énergétique de l’ensemble des établissements limitera les dépenses dans l’avenir et s’inscrira dans le plan de transition écologique. Enfin des dotations complémentaires doivent venir s’ajouter aux dotations globales de fonctionnement qui par ailleurs doivent être réévalués vers le haut pour tenir compte de l’augmentation des charges fixes en préservant les budgets pédagogiques. Au-delà, le manque de moyen de la collectivité régionale doit interroger sur la décentralisation de ces compétences.
Les agent.es de la région dans les Lycées
Par ailleurs, nous avons évoqué les recrutements nécessaires d’agent.es techniques. Ceux-ci et celles-ci étaient déjà fortement mobilisé.es avant l’arrivée du variant omicron. Il est inenvisageable que la charge de travail supplémentaire soit supportée par le personnel en place. De plus, le remplacement systématique des agents absents nous paraît indispensable. Comme pour tous les agent.es en contact avec les usager.es, il nous parait particulièrement important de permettre l’application des mesures de protection des personnels parmi lesquelles la fourniture de masques chirurgicaux – voire FFP2 pour les agent.es qui le souhaitent- et d’autotests par l’employeur.
Réponse de la région
Pour la collectivité, les équipe sont mobilisée au quotidien, autant au siège que dans les établissements, pour assurer la continuité de service alors que les cas se multiplient chez les agent.es et que les difficultés de recrutement, connue dans d’autres secteurs, sont réelles. Les taux de remplacement sont aux alentours de 80%. Les postes ouverts au recrutement sont proposés aux agents contractuels. Pour l’instant, seuls les masques en tissus sont distribués avec la possibilité de masques chirurgicaux dans certaines conditions, bien que la protection supplémentaire que permet le masque FFP2 soit reconnue (en même temps que la gêne respiratoire supplémentaire).
La position de la FSU
La FSU a aussi porté l’importance que la région réévalue les salaires afin de non seulement tenir compte de l’inflation et du coût élevé de la vie mais également afin de s’inscrire dans une véritable reconnaissance de l’investissement de ses agent.es durant cette période.

Photo : Lycée Gaston Fébus (Orthez)