Le blog FSU des personnels de la Région Nouvelle-Aquitaine et Agences
Vous êtes ici : Accueil » Actus en Nouvelle-Aquitaine » Déplacements entre les 3 sites : + 8 % en un an !

Déplacements entre les 3 sites : + 8 % en un an !

D 15 février 2018     H 15:36     A FSU     C 0 messages


agrandir

A notre demande, l’Administration a communiqué début février aux membres du CT, une statistique relative aux déplacements professionnels des agents entre les 3 sites de Bordeaux, Limoges, Poitiers et avec Angoulême en 2017.

9249 déplacements (en 2017) contre 8 569 déplacements en 2016 « aller/retour » ont été recensés, dont 6647 déplacements par le train (72 %), et 2602 en voiture (28 %). L’augmentation du nombre de déplacements est donc de 8 % en un an.

Les déplacements en train sont individuels, les déplacements par la route sont soit individuels soit collectifs (covoiturage), on peut donc estimer à 11 000 voire plus, le nombre total de déplacements.

C’est depuis Poitiers que les déplacements sont les plus nombreux (45% de l’ensemble, ils se font à 80 % par le train). 20,5 % des déplacements se font depuis Limoges (à 50,5 % en voiture). 34,5 % depuis Bordeaux (aux ¾ par le train). Ce sont donc les agents des sites de Limoges et de Poitiers qui se déplacent le plus et sans doute ceux de Limoges qui prennent le plus de risques puisqu’ils se déplacent plutôt en voiture et avec des temps de trajet plus longs en moyenne.

Les déplacements se font à 41 % vers Bordeaux, 27 % vers Angoulême, 16,5 % vers Poitiers et 15,5 % vers Limoges.

Malgré le développement de la visio-conférence, les déplacements continuent à augmenter. Leur multiplication entraîne une augmentation des risques professionnels et l’explosion des compteurs horaires. La problématique a été mal prise en compte par la Région qui n’a apporté à ce jour que des réponses inadaptées ou inefficaces par rapport à l’objectif de limiter le nombre et la durée des déplacements (visio-conférence, navette Poitiers-Limoges sans chauffeur, prime « multisite »...) et qui continue à nier les dépassements horaires massifs en rendant (dans le nouveau règlement sur le temps de travail) beaucoup plus difficile leur récupération.